AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Monobro's Story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur Message
Monobro
Membre
Membre
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 08/03/2008 Nombre de messages : 538 Localisation : là où est Sauriol

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Lun 27 Juin - 14:28

Messieurs (et mesdames), le moment que vous attendiez tous avec impatience est arrivé! Voici la fin de la première partie de Monobro's Story!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lorsqu'il arriva au centre, l'archange fut assailli par des sentiments de violence, de haine et de peur. Il tomba à genou, tellement les sentiments été fort. Tout à coup, une vive lumière rouge entoura Monobro. Celui-ci n'eut d'autre choix que de se fermer les yeux, tellement la lumière était forte. Après quelques secondes, la lumière s'estompa et l'archange put rouvrir ses yeux. La vision qui s'offrit à lui le fit frissonner: un soleil rouge, dans un ciel rouge sang éclairait une pâle réplique en ruine du monde qu'il venait de quitter. Du feu sortait du sol et la végétation était composée de plantes carnivore et vénéneuse. Des âmes torturées se promenaient, l'air perdu, dans ce monde en ruine et en feu. Certaines d'entre elles étaient pourchassées par des démons. Devant l'archange se tenait un édifice haut de dix étages, d'où sortaient des cris de terreur, d'agonie et de souffrance: le Sorsore, la prison démoniaque. Alors, sans plus attendre, Monobro s'avança vers cet immeuble, dans le but d'aller chercher Aurélio. Mais, à peine fut-il sorti du centre du mégalithe, que déjà plusieurs démons le remarquèrent et s'avancèrent vers lui, avec l'intention de le tuer. Sans attendre et sans émettre d'avertissement, l'archange décida d'attaquer le premier. Il se concentra, leva les bras et le sol se mit à trembler. Tout à coup, deux murs sortirent du sol, afin de créer un passage pour l'archange de sa position à l'entrer du Sorsore. Malgré tout, quelques démons eurent le temps de se faufiler entre les murs. Alors, une fois son chemin tracé, Monobro referma derrière lui, pour ne pas se faire attaquer de dos. Ensuite, il se concentra, mit se mains devant sa bouche et, tel n dragon, souffla du feu, afin de carboniser les démons qui s'était faufilés dans son chemin. Lorsqu'il arrêta de souffler, plus aucun démon ne se tenait devant lui, il n'y avait que des cendres. Alors, l'archange s'avança vers la porte gigantesque du Sorsore. Arrivé devant cette dernière, il poussa les portes et elle s'ouvrit dans un sombre craquement. Lorsqu'il entra, il fut accueilli par un long cri de souffrance. Il fit quelques pas de plus vers l'avant, afin de s'enfoncer davantage dans la prison, pour voir où il pourrait trouver le prêtre, mais il ne vit rien, puisqu'aucune torche n'était allumée. Lorsqu'il entendit le craquement sinistre de la porte que se refermait, Monobro se trouva dans le noir complet. Tout à coup, des battements d'ailes se firent entendre. Il fit apparaître son épée et son bouclier, tout en levant sa tête, pour essayer voir ce qui arrivait, malgré la noirceur des lieux. Il vit trois torches bougées au plafond. Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu'il vit trois femmes ailées, munies de torche, se poser devant lui. Il avait devant lui trois jolies femmes presque identiques. Elles étaient toutes trois vêtues de cuir noir et armées de fouet. Elles avaient toutes trois des ailes de chauves-souris dans leur dos, et des serpents venimeux, de la même couleur que leurs cheveux, parmi ceux-ci. Même leurs visages étaient identiques. La seule différence était la couleur de leurs cheveux et de leurs yeux. Une était brune avec les yeux bruns, la deuxième était rousse avec les yeux verts et la dernière avait les cheveux noirs et les yeux de la même couleur. La première prit la parole:

- Vous n'avez pas le droit d'entrer en ces lieux. Vous devez sortir d'ici... Sinon, ce sera nous qui vous sortirons... Et je ne garantis pas que vous serez encore en vie...

À ces paroles, les Érinyes s'esclaffèrent, mais l'archange resta sérieux et regarda les trois femmes. Il resta planté devant elles et leurs dit:

- Je ne partirais pas d'ici sans Aurélio.
- Aurélio? Qui est-ce? demanda la rousse.
- C'est un prêtre du Bien, enlevé par un démon, répondit Monobro.
- Ah oui, le prêtre que nous a apporté Ananiel... Tu te souviens Alecto? dit la brune.
- Ah oui, je me souviens de lui, Tisiphoné... Et pourquoi veux-tu le sauver? répondit l'interpellée.
- Parce qu'il ne mérite pas ce qui lui arrive! répliqua l'archange.
- Sache, jeune homme, que tous les êtres qui sont ici le méritent!
- Euh... Pas tous, Mégère, pas tous... dit Tisiphoné.
- Mais. ils allaient surement le mériter... répliqua Mégère.
- Pas lui en tout cas! répliqua fermement l'archange.
- Bref, le fait est que tu n'as quand même pas le droit d'entrer ici! Alors, comme tu n'es pas partie, nous allons te faire sortir, n'est-ce pas les filles? dit Tisiphoné.
- Oui! répondirent en cœur Alecto et Mégère.
- Alors, en gardes, mesdames! dit Monobro, en prenant une position d'attaque.

À peine avait-il dit ces paroles que les trois femmes s'envolèrent, tout en sortant leur fouet. Surpris, par leur vitesse, l'archange ne vit que trois petites lumières bouger dans le noir. Lorsqu'il entendit le claquement d'un fouet, l'archange leva son bouclier, afin de se protéger. Malheureusement, il ne protégea pas le bon endroit, puisqu'il sentit le fouet s'enrouler autour de son mollet. Dès cet instant, il sut ce que les Érinyes tenteraient de faire: elles voulaient lui faire perdre l'équilibre, le faire tomber et le soulever dans les airs, et ainsi le maltraiter à leur guise. Devinant cela, dès que Monobro entendit un deuxième fouet claqué, il fut en mesure de bloquer aisément le fouet qui voulait attraper sa cheville. Ne voyant toujours que les torches des Érinyes dans le noir, Monobro se décida à faire de la lumière, il se concentra sur le feu des torches et les fit exploser. Surprises, les Érinyes arrêtèrent de bouger, et c'est à ce moment que l'archange agit. Il prit le fouet qui était enroulé à son mollet et tira brusquement dessus, ce qui fit que l'Érinye qui tenait le fouet le lâcha. Alors, Monobro ramassa le fouet tombé et attaqua. En un claquement de fouet, il attrapa Alecto, en visant une des torches, et d'un mouvement de poignet la projeta sur une des deux autres Érinyes. Dans le choc, toutes deux s'assommèrent et tombèrent au sol. Pour la dernière Érinye, Monobro se concentra sur le mur de pierre derrière elle et, alors qu'elle allait attaquer, fit sortir quatre pans de mur et l'enferma dans une petite prison de pierre. Comme il n'avait plus de menace qui le menaçait, Monobro s'avança vers les deux Érinyes au sol et leva son épée pour les achever. C'est au moment où il leva son épée qu'une voix féminine se fit entendre:

- Stop! Ne faites pas cela, s'il vous plaît!
- Pourquoi ne devais-je pas faire cela? Et d'abord, qui êtes-vous?
- Je suis la boss des Érinyes! Et vous ne devriez pas les tuer, puisqu'elles ne faisaient que leur job.
- Mais, elles ont essayé de me tuer!
- Je sais... C'est dans leurs descriptions de tâches: "Tu devras tuer toute personne essayant de faire sortir un prisonnier de la prison."...
- D'accord... Dans ce cas, je vais me retenir, dit Monobro, en faisant disparaître son épée. Mais, vous, allez-vous m'aider, ou je devrais vous battre aussi?
- Tu n'auras de de besoin de me battre, je suis là pour vous aider, puisque le prêtre n'a pas sa place ici... Il n'est pas sur ma liste...
- Votre liste?
- Oui, nous avons une liste contenant tous les noms des personnes destinées à finir ici... On a même des noms de personnes pas encore nées... Par exemple Jean Charest ou Stephen Harper... Je n'ai aucune idée de qui sont ces deux personnes, mais si elles sont destinées à terminer ici, c'est qu'elles feront quelque chose de très grave!
- D'accord, d'accord... Donc, comme Aurélio n'est pas sur la liste, vous m'aiderez à le sortir d'ici? demande Monobro
- Bien entendu! répondit la voix féminine.
- Mais, pour ce faire, il ne faudrait pas de la lumière? questionna l'archange.
- En effet, tu as bien raison! Alors, que la lumière soit! dit la voix féminine.

À ces mots, de les torches sur les murs s'allumèrent et Monobro put voir la femme à qui il parlait. Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu'il vit qu'il s'agissait en fait d'une jolie jeune femme. Elle avait des cheveux blonds, avec un ruban rouge, qui les retenait derrière elle. Ses yeux étaient bleus, teintés de rouge. Elle portait une robe courte de couleur noire et rouge, qui partait du dessous de son cou et qui allait jusqu'à mi-cuisse. Par-dessus cette robe, elle portait une petite veste sans manche qui s'attachait où commençait sa robe. L'archange aurait pu croire qu'il s'agissait d'un mirage, si ce n'était de la faux qu'elle tenait à la main. Une faux qui était à peu près de la grandeur de la jeune fille.
Il dut paraître surpris, puisque la jeune femme lui demanda s’il allait bien, ce à quoi il répondit:

- Oui oui... Je ne m'attendais pas à voir une aussi jolie femme ici, en Enfer...
- Hahaha! Merci pour le compliment, mais je dois avouer qu'en fait c'est surtout parce que mon père est le maître du Sorsore...
- Votre père, le maître du Sorsore? Donc, si le maître du Sorsore est Siharak... Vous devez être Shinia alors!?
- En effet, je suis Shinia!
- Wow, je n'aurais jamais cru me retrouver en présence de la plus grande faucheuse des Trois Mondes .
- Ça tombe bien, puisque moi je n'aurai jamais cru me retrouver en présence du plus grand guerrier des Trois Mondes! Bref, fin du bavardage, je vais t'amener à ton ami que tu es venu chercher!
- Bon, alors allons-y! répondit l'archange.

Shinia devança Monobro et le conduisit dans les couloirs du Sorsore, afin d'arriver à la prison d'Aurélio. Après plusieurs détours dans les couloirs de la prison, ils débouchèrent devant une grille rouillée, derrière cette grille se tenait un homme maigre avec quelques cicatrices et du sang sur le visage.

- AURÉLIO! s'exclama Monobro, en voyant le pauvre homme qu'il était devenu.

En entendant son nom, le prêtre leva péniblement la tête, et lorsqu'il vit l'archange se tenir devant la grille de sa cellule, il sourit et dit:

- Monobro... Mais... Que fais-tu ici...?
- Je vais à un barbecue... Non, sérieux, d'après toi, qu'est-ce que je fais ici? répliqua le guerrier céleste.
- Tu viens m'aider? Me sortir d'ici? répondit Aurélio.
- Bravo, quelle perspicacité! répliqua Monobro.

L'archange regarda Shinia et lui demanda d'ouvrir la porte. Alors, cette dernière mit une main sur la grille et cette dernière disparut instantanément. Dès qu'elle disparut, Monobro se précipita vers Aurélio, l'aida à se lever et le sortit de la cellule. Dès qu'ils furent tous deux sorties, Shinia s'approcha du prêtre et lui fit boire le contenu d'une petite fiole qu'elle fit apparaître. Elle lui dit que c'était pour retrouver des forces et pour se sentir mieux, le temps de partir d'en Enfer. Une fois la fiole bue au complet, le prêtre se leva et remercia la jeune femme. Dès que Monobro vit que le prêtre allait mieux, il demanda à Shinia le moyen de sortir du Sorsore et elle répondit:

- L'entrée par laquelle tu es entré est bloquée... Les démons ont réussi à détruire les murs que tu avais construits.
- Alors, par où sortirons-nous? demanda Aurélio.
- Par les forges Anima... Ce n'est pas très loin d'ici... Mais, je ne pourrai pas vous accompagner jusqu'à Stonehenge... Ça ferait suspect..., répondit Shinia.
- D'accord! Alors, allons-y! dit Monobro.

Suite à cette réplique, ils partirent vers le couloir de gauche, qui allait les mener vers les Forges Anima. Dès qu'ils atteignirent le fond d'un cul-de-sac, les deux hommes regardèrent Shinia et, devant leurs regards interrogatifs, celle-ci s'approcha du mur et traça un arc en forme de porte, avec sa faux. Dès qu'elle eut terminé l'arc, une porte se forma, à l'endroit même où elle l'avait dessiné. Ainsi, devant les trois personnes, il y avait une sortie qui menait directement aux Forges, seuls quelques mètres de terrains à découvert les séparaient des bâtiments. L'archange chercha donc un moyen de camoufler leur sortie. Il regarda autour de lui et ne vit rien qui pourrait être utile. Son regard se porta donc sur les Forges. Lorsqu'il vit la fumée qui s'échappait des cheminées, il eut une idée. Il se concentra sur la fumée et il la fit descendre au sol, pour créer un petit brouillard qui empêcherait les démons qui rôdaient près du Sorsore et des Forges de les repérer, avant qu'ils n'atteignent la porte du bâtiment principal des Forges. Pendant que le guerrier céleste s'affairait à couvrir leur sortie, Shinia lui dit qu'elle ne pourrait pas les accompagner dans les Forges, puisque ses pouvoirs étaient limités hors de la prison, mais elle leur dit le chemin à emprunter pour sortir sans être vu et elle les avertit de ne toucher à aucune arme, sous aucun prétexte. Lorsque le brouillard convient à Monobro, celui-ci remercia Shinia, pour son aide et courut vers la porte d'entrée, suivi par le prêtre. Arrivés à la porte, ils entrèrent en catimini, pour se retrouver face à face avec des rangées d'armes de toutes sortes. Des armes, autant pour simples soldats que pour des dieux, des armes normales, magique et même maléfique. À côté des armes, à droite, il y avait des hommes et des créatures de toutes sortent qui travaillait sur la fabrication des armes. De l'autre côté, à gauche, il y avait des tonnes de caisses qui contenaient plusieurs matériaux nécessaires à la construction des armes. Se remémorant le passage dicté par Shinia, l'archange prit le chemin de gauche, parmi les caisses. Malheureusement, Aurélio ne le suivit pas, il était hypnotisé par les armes divines qu'il y avait devant lui, il y avait des armes pour blesser ou même pour tuer des immortels. Troublé par ce qu'Ananiel lui avait fait subir, un puissant désir de vengeance s'empara de lui et il s'approcha des armes, pour en prendre une. Monobro, qui était parti parmi les caisses, s'apercevant qu'Aurélio ne le suivait pas, et redoutant qu'un malheur allait arriver, retourna sur ses pas. Dès qu'il arriva à son point de départ, soit à la porte, en face des armes, il vit le prêtre lever la main, pour prendre une arme, en dépit de l'avertissement de Shinia.

- Non, ne fais pas cela! cria le guerrier céleste à Aurélio.

Malheureusement, ce dernier n'entendit pas l'avertissement et mit sa main sur une dague. Dès qu'il toucha l'objet, un puissant grondement se fit entendre, et toutes les créatures se trouvant à proximité se tournèrent vers eux.

- Eh merde! dit l'archange.

Au moment où le son du grondement atteignit les oreilles d'Aurélio, celui-ci sembla reprendre conscience de ce qu'il faisait. En voyant qu'il avait pris une dague, il la lâcha tout de suite et se tourna vers le guerrier céleste. Ce dernier l'intima à le suivre dans les plus brefs délais. Ils partirent donc au pas de course, vers les caisses. Tout en courant, l'archange dit au prêtre:

- Mais qu'est-ce qui t'as pris de prendre cette dague? Shinia nous avait bien dit de ne pas toucher à une seule arme...
- J'ignore ce qui m'a pris... J'étais comme hypnotisé... C'était comme si elle m'appelait, comme si elle voulait que je la prenne... Je suis sincèrement désolé... Je ne voulais pas faire de mal...
- Ce n'est pas grave... Ce qui est fait est fait... Maintenant, toutes les créatures qui t'ont vu vont essayer de nous empêcher de sortir d'ici vivants...
- Tu sais que tu es contradictoire... Tu dis que ce n'est pas grave, mais tout de suite après, tu dis qu'ils veulent nous tuer... Je ne sais pas ce que tu en dis, mais ça sonne assez contradictoire... Qu'en dis-tu?

Monobro s'arrêta, se tourna vers Aurélio et le regarda quelques secondes avec un air difficile à déchiffrer et dit, avec un sourire :

- Non, mais ta gueule! Je ne t'ai pas demandé d'analyser mes phrases! Bon, ce n'est pas tout, mais nous ne sommes pas encore sorties, alors continuons!

L'archange fit donc volte-face et ils reprirent leur chemin. Lorsqu'ils arrivèrent finalement à la fin des caisses, ils stoppèrent net, en voyant qu'il y avait plusieurs créatures qui les attendaient. Ils se collèrent immédiatement aux caisses derrière eux, afin de ne pas se faire voir. Pour les mêmes raisons, et pour savoir combien il y avait de créatures, Monobro ferma les yeux et utilisa ses sens magiques et regarda magiquement ce qui les séparait de la sortie. Dès qu'il eut réponse à ses questions, il rouvrit les yeux, regarda Aurélio et lui dit:

- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle....
- Commence par la bonne, dit Aurélio.
- Il n'y a que six créatures qui surveillent la sortie...
- Et la mauvaise nouvelle?
- Et bien, c'est qu'ils sont la garde rapproché de Siharak et justement, celui-ci est là aussi...
- Donc on est dans la merde...
- On peut dire cela comme ça... Mais à chaque problème, il y a sa solution...
- Et as-tu une solution pour ce problème-ci?
- Euh... Non... Pas encore... Mais je réfléchis à toute vitesse, si cela peut te rassurer...

L'archange pensa donc à plusieurs stratégies de sortie, mais aucune n'était envisageable, puisqu'elles étaient toutes trop dangereuses. Tout à coup, un éclair de génie:

- Yo Aurélio! J'ai un super plan!
- Ah oui? C'est quoi?
- Tu te rends...
- Euh... Attends là... Je ne vois pas en quoi c'est un super plan...
- En fait, c'est très simple... En te rendant, tu vas les distraire, tandis que moi, j'aurais le temps de faire une sortie et comme ça nous pourrons tous les deux sortir en sécurité... Tu comprends mon plan?
- Non... Mais je vais faire avec...

À ces mots, Aurélio sortit de derrière les caisses de matériel, les mains en l'air et en criant "Je me rends". Le voyant sans armes et seul, Siharak ordonna à ses hommes de le faire prisonnier. Dès que les gardes eurent capturé le prêtre, leur chef cria, a l'intention de Monobro:

- Monobro, je sais que c'est toi, je sais que vous êtes là! Je ne veux faire de mal à personne. Sortez de derrière les caisses, que nous ayons une conversation civilisée!
- Et qu'est-ce qui me dit que vous ne tuerez pas Aurélio dès que je sortirais d'ici?
- Voyons, je ne serais pas assez idiot pour tuer un prêtre du Bien dans mes propres forges!

L'archange réfléchit aux options qu'il avait, soit sortir et peut-être assister a la mort d'Aurélio, soit attaquer magiquement et, la encore, peut-être assister à la mort d'Aurélio. Le guerrier céleste opta pour la première option, avec l'idée de la deuxième option si ça tournerait mal. Il sortit donc de derrière les caisses et s'approcha de Siharak. Rendu en face du seigneur des Forges, l'archange lui adressa la parole:

- Donc, maintenant que je suis là... Et bien conversons...
- Et bien oui, dans le fond, je ne veux pas trop vous importuner... Mais, j'ai entendu dire que le prêtre ici présent aurait touché à une arme... Cette arme-ci, pour être précis... dit Siharak, en sortant un bout de tissus dans lequel était la dague qu'Aurélio avait touché.
- Oui, c'est en effet, ce qui s'est passé... Mais, vois-tu c'est que... En fait, le problème est qu'il ne savait pas ce qu'il faisait...
- Comment ça il ne savait pas ce qu'il faisait?
- En fait... Pour être totalement franc... Je l'ignore... Il n'a pas été très clair dans ses explications... Il m'a dit qu'il était genre hypnotisé... Qu'il ne contrôlait plus vraiment ses mouvements...
- Hum... Intéressant... dit l'inventeur invétéré.

Il regarda ensuite ses gardes et leur ordonna de lâcher Aurélio et de lui enlever sa chemise. Dès qu'ils entendirent l'ordre, les gardes s'exécutèrent. Ils lâchèrent donc le prêtre et lui enlevèrent sa chemise. Dès que le prêtre se leva, Siharak en fit le tour et arrivé derrière lui, stoppa net et dit, à nouveau "Hum... Intéressant...". Se demandant ce qu'il y avait, Monobro alla le rejoindre. Dès qu'il arriva derrière Aurélio, il vit une marque qui avait été fait par magie, sur son omoplate. Cette marque représentait une tête de dragon, la gueule ouverte, dans un pentagramme inversé. L'archange demanda à Siharak de lui montrer la dague qu'Aurélio avait prise. Le manche de la dague était identique au dragon dans le pentagramme inversé imprimé sur l'omoplate du prêtre. Voyant cette ressemblance, e guerrier céleste dit:

- Voila une coïncidence plutôt étonnante, qu'en pensez-vous?
- J'en pense qu'une certaine personne, un certain dieu, plutôt, voulais que le prêtre emporte cette dague dans le monde... Et avec le pentagramme inversé, j'aurais tendance à croire que ce serait Mark Satan... répondis Siharak.
- Pourrais-je savoir ce qui se passe, s'il vous plaît? demanda Aurélio, qui commençait à être fatigué de ne pas comprendre tout à fait ce qui se passait.

À cette demande, Monobro expliqua donc au prêtre qu'il avait une marque sur l'omoplate, représentant un dragon, la gueule ouverte, à l'intérieur d'un pentagramme inversé et le pommeau de la dague qu'il avait pris était la réplique de la tête de dragon à l'intérieur du pentagramme.

- Attends... Tu es en train de me dire que Mark Satan m'aurait visité, alors que j'étais dans le Sorsore, sans que je m'en rende compte, qu'il ait ensuite dessiné une tête de dragon dans un pentagramme, afin que je prenne cette dague et que je la rapporte dans le monde... C'est ça? demanda le prêtre.
- Genre! répondis Monobro.
- Ok... Et que fait-on, maintenant? questionna Aurélio.
- Et bien, comme les armes construites ici ne peuvent qu'être touché par une seule personne, et bien, vous devrez amener avec vous la dague que vous avez touché... Et comme cela semble la volonté de Mark, et bien, je ne vous retiendrais pas... dit Siharak.

En disant cela, l'inventeur fit un signe de la main à ses gardes et ceux-ci disparurent instantanément. L'inventeur s'approcha ensuite du prêtre, lui remit sa chemise et lui tendit la dague, dans le bout de tissu qui la recouvrait. Il lui expliqua aussi que tant qu'il aurait cette dague sur lui, comme c'était une dague magique, il serait immunisé contre tous les maléfices et tous les sorts qu'un dieu ou sorcier pourrait lancer contre lui. Il lui dit aussi de faire très attention, puisque la dague était fait pour couper tous les matériaux existant, ou presque. Ensuite, l'inventeur salua l'archange, lui dit par où sortir et disparut à son tour. Après qu'Aurélio eut remit sa chemise, et que Monobro eut fait apparaître un fourreau ainsi qu'une ceinture pour la dague, ils se dirigèrent tous deux vers la sortie. Arrivé à la porte, ils l'ouvrirent, et constatèrent que le ciel s'était beaucoup obscurcit. En effet, il était rempli de nuages gris foncé, presque noir. Bizarrement, certains avaient la forme bizarre de têtes de morts ou de visages d'hommes effrayés. En voyant cela, Monobro compris ce qui allait bientôt se passer: Lucifer allait bientôt être de retour en Enfer. L'archange devait donc faire sortir Aurélio au plus vite. Il regarda à quelle distance Stonehenge se trouvait, regarda qu'il n'y avait pas beaucoup de démons à proximité et regarda ensuite le prêtre. Il lui dit:

- À mon signal, cours jusqu'à Stonehenge, sans t'arrêter, quoiqu'il arrive! Est-ce clair?
- Oui... Oui, c'est clair...
- Alors, tu es prêt? MAINTENANT! cria l'archange.

À son cri, Aurélio courra le plus rapidement qu'il put, vers Stonehenge, suivit de près par l'archange. Rendu à quelques mètres du passage, une force inconnu stoppa net le prêtre, mais, Monobro, qui avait prévu le coup, ne prit pas la peine de s'arrêter et leva les bras au ciel. Aurélio fut projeté dans les airs, et il retomba tout juste à côté de Stonehenge, là où aucun pouvoir démoniaque n'avait effet. Le prêtre attendit donc Monobro à cet endroit, mais lorsque ce dernier ne fut qu'à quelques centimètres d'Aurélio, une force invisible le tira par derrière. Une voix qui était familière au deux hommes retenti alors:

- Tu ne pensais quand même pas que j'allais te laisser repartir ainsi, sans même tenter de te retenir... Quand même, c'est mal me connaître!

Au sol, l'archange n'eut même pas besoin de se relever pour savoir qui venait de prononcer ces paroles:

- Ananiel... Moi qui ne voulait pas revoir ta face de merde...

En disant cela, l'archange tentant de se relever, mais le démon supérieur ne lui en laissa pas le temps, pris une grosse pierre et la fracassa sur le dos de l'archange. Un nuage de poussière se forma alors, à l'endroit où la roche se fracassa. Monobro utilisa cette poussière et la jeta magiquement au visage du démon, afin que celui-ci ne puisse pas l'empêcher de se relever, de nouveau. Une fois debout, Monobro ne laissa pas le temps à Ananiel d'enlever la poussière de sur son visage, et lui sauta dessus. Tous deux roulèrent au sol, dans la poussière, tout en se frappant, et en essayant chacun d'avoir le dessus. Après une minutes de bataille dans la poussière, Ananiel fit passer Monobro par dessus lui, ce qui lui donna le temps de se relever et de faire apparaître son arme. L'archange, qui était toujours au sol, sentit plus qu'il vit qu'Ananiel allait l'attaquer, alors il roula sur lui-même, afin que le coup que porta le démon ne l'atteigne pas. Suite à sa roulade, le guerrier céleste fit apparaître son épée , afin de contre-attaquer et de parer les prochains coups. Lorsque le démon vit que l'archange avait une arme, lui aussi, il ne lui laissa pas le temps de sen servir et il frappa derechef. Comme il visait la tête, Monobro leva donc son épée devant sa tête, afin de bloquer le coup sans être blessé. Les deux s'entrechoquèrent en faisant des étincelles, tellement le coup avait été porté avec puissance. L'archange chargea ses mains d'une énergie répulsive, qu'il transmis a son épée. Lorsque cette énergie atteignit la lame d'Ananiel, ce dernier fut propulsé dans les airs, à dix mètres de là où il était. Ce qui laissa le temps à Monobro de se relever et de contre-attaquer. Dès qu'il fut debout, l'archange fonça sur le démon, qui était un peu étourdi pour le choc qu'il venait de subir. Lorsqu'il fut sur lui, Monobro sauta en l'air, tourna la lame vers le sol et, lorsqu'il retomba, créa une onde de choc qui propulsa Ananiel plus loin et qui fit craquer le sol autour de l'archange. En voyant que le sol avait craqué près de Monobro, Ananiel eut une idée. Comme le sol était composé de certaines matières toxiques, le démon en enflamma une partie, près de l'archange. Celui-ci ne s'en fit pas, puisque le feu était à une distance raisonnable de lui, donc il regarda le démon, avec un sourire en coin et lui dit:

- Come on! Même une fillette de 10 ans vise mieux que ça! Allez, viens, que je te pète la gueule, de nouveau!

Faisant fis de la remarque de l'archange, le démon se releva lentement, fis réapparaître son arme et avança lentement dans la direction du guerrier céleste. Rendu à quelques mètres de ce dernier, le démon stoppa et regarda les lézardes que Monobro avait fait dans le sol; de la fumée s'en échappait lentement, allant jusqu'aux narines de l'archange. En voyant cela, le démon eu un sourire et dit:

- Tes secondes sont comptées, Archange!
- Ah ouin? Tu es sûr de ce que tu avances? répondis Monobro.
- Oui... La fumée que tu respires est empoisonnée! MOUHAHAHAHA! Tu vas tellement mourir!

En entendant ces paroles funeste, l'archange se rendit compte qu'il commençait à voir embrouillé et à avoir de la difficulté à respirer. Il créa un puissant coup de vent qui éteignit le eu et, par la même occasion, qui dissipa la fumée nocive. Malheureusement, il en avait déjà trop inhalé, il tomba à genou, devant le démon qui s'était rapproché de lui. Étourdi, il ne put empêcher Ananiel de le frapper, du revers de sa main. Par la force du coup et par le fait que Monobro n'avait pas toutes ses forces, ce dernier tomba complètement au sol. Il tenta de se relever, mais, n'ayant pas toutes ses forces, ses bras tremblèrent et il s'étala de nouveau sur le sol. En voyant cela, le démon dit:

- Pathétique... Regardez, tous, voici le grand archange Monobro! Il n'est même pas capable de se relever...
- Peut-être... sauf que moi... je ne fais... des coups de... traître, en... leur envoyant... du poison... Sale... connard! Moi... je bats... mes ennemis comme un... homme...

Suite à ses paroles, le démon regarda le guerrier céleste avec mépris et lui donna un puissant coup de pied dans l'estomac. Ce coup de pied fit rouler Monobro sur lui-même, sur une petite distance.

- C'est tout... ce que tu as... Même un nain... aveugle manchot... unijambiste serait capable... de faire mieux...
- AAAAaaaaaahh!!! cria le démon, en prenant son élan pour frapper de nouveau l'archange, qui était encore au sol.

Cette fois-ci, avec l'élan et toute la rage qu'il avait mit dans son coup de pied, le démon envoya Monobro à une dizaine de mètre, ce qui le fit atterrir près de Stonehenge. Le voyant en si piteux état, Aurélio accourra vers lui, sortant ainsi du cercle de protection. Arrivé à côté de l'archange, le prêtre s'agenouilla et chercha un instant dans sa ceinture, pour ressortir une petite fiole contenant un liquide clair. Il ouvrit le flacon et le porta aux lèvres de Monobro. Sentant que ses forces et ses esprits revenait peu a peu, il demanda à Aurélio ce qu'il venait de lui faire boire, le prêtre lui répondit que c'était de l'eau bénite, qu'il gardait sur lui, au cas où. L'archange le remercia et l'exhorta a retourner dans le cercle de protection. Ce qu'il fit, en voyant le démon venir dans leur direction, à grand pas. Une fois le démon arrivé près de l'archange, il pris Monobro par les cheveux et le releva. Une fois qu'il fut debout, le démon pris son élan pour le frapper à nouveau au visage, mais comme l'eau bénite avait redonné toutes ses forces à l'archange, celui-ci fut en mesure d'esquiver le coup de poing. Lorsque Ananiel frappa, Monobro se déplaça légèrement vers la droite, afin de ne pas être frappé, ensuite, il attrapa le bras du démon et le tira pour qu'il soit déséquilibré. Dès qu'il fut déséquilibré, le démon se pencha vers l'avant afin de retrouver son équilibre, mais Monobro profita de cela pour le frapper au ventre avec son poing. Le souffle coupé, le démon se plia en deux, ce qui donna à Monobro l'occasion de lui donner un coup de genou en plein visage, ce qu'il fit. En recevant le coup, Ananiel tomba à la renverse et s'étala sur le sol, le nez en sang. Surpris par le changement de situation, le démon regarda l'archange avec un regard rempli de surprise et de haine. Il se releva, tout en essuyant le sang qui coulait de son nez et il fit apparaître son arme. Voyant l'arme du démon apparaître Monobro fit apparaître la sienne et dit:

- Alors, finalement, tu as décidé de te battre comme un homme et non comme une fillette de dix ans?

Sans même répondre à cette réplique, Ananiel chargea Monobro et lorsqu'il fut sur lui, les deux armes s'entrechoquèrent bruyamment. Ils commencèrent ainsi à combattre, de nouveau. Ils combattirent férocement, bloquant tous les coups porté par l'autre, jusqu'à ce que Monobro fut plus rapide qu'Ananiel et le désarma. Suite à cette manœuvre de désarmement, il donna un coup de pied à son ennemi, ce qui l'envoya au sol. Dès qu'il fut au sol, l'archange lui mit son épée sur la gorge et lui dit de le laisser partir. N'ayant pas le choix, le démon accepta, mais dès que Monobro eut le dos tourné pour aller rejoindre Aurélio, le démon fit apparaître une dague et la lança sur l'archange. Aurélio, de loin, vit cela et cria:

- Attention!

S'y attendant, Monobro se retourna et attrapa la dague, à quelques centimètres de son visage. Il lança ensuite la dague sur Ananiel, à une telle vitesse que le démon ne put l'arrêter avant qu'elle ne pénètre son cœur. C'est avec un hoquet de surprise que le démon pris conscience du fait qu'il venait de se faire tuer. Il baissa la tête et regarda la manche de sa propre dague sortir de son torse, cligna des yeux, pour en être sûr, releva la tête pour regarder Monobro et tomba à la renverse, mort.

Pendant tout le combat, le ciel s'était de plus en plus obscurcie, formant de plus en plus de nuages bizarres, en forme de tête de mort, et tous ces nuages en formait un plus gros, une grosse tête de mort, d'où sortait des éclair par les yeux et par la bouche. Levant la tête, Monobro vis ce nuage et se retourna vers Aurélio, pour lui crier de s'en aller sans lui, qu'il allait le rejoindre. Au moment où il dit cela, un éclair parti de la bouche du nuage, formé par les autres nuages, et vint frapper le sol, entre Monobro et Stonehenge, créant un nuage de poussière. Lorsque la poussière fut retombé, une créature monstrueuse et géante se tenait à l'endroit où l'éclair avait frappé.

- Lucifer... Comme on se retrouve... dit Monobro.
- Que fais-tu dans mon domaine, archange?
- Ton domaine? Euh, excuse moi, mon grand, mais je te ferais remarquer qu'ici, c'est la zone neutre... répondit l'archange.
- Mon domaine, c'est l'Enfer... Or, nous sommes en Enfer... Donc, par conséquent, nous sommes dans MON domaine... Donc, ta zone neutre, sais-tu ce que tu peux faire avec? répliqua Satan.
- Non, mais tu me cherches?!
- En effet, c'est ce que je fais... répondis Belzébuth
- Et bien, tu m'as trouvé, en garde! dit Monobro, en faisant apparaître son épée et son bouclier et en prenant un posture défensive.

Le Diable ne se le fit pas dire deux fois. Il prit son épée et se mit, lui aussi, en position défensive. Les deux, étant des guerriers expérimentés, se regardaient dans les yeux, attendant que l'autre fasses le premier geste ou tout simplement un mauvais geste. C'est le maître des ténèbres qui attaqua le premier. Une série de simples coups s'en suivit, afin que chacun puisse jauger les habiletés de l'autre. Après quelques minutes de simple parades, les deux créatures connaissaient maintenant les points forts et les points faibles de la technique de l'autre, mais ils savaient aussi que c'était réciproque. C'est à ce moment que commença le vrai combat, Belzébuth frappa, Monobro bloqua avec son bouclier, il contre-attaqua, Satan esquiva pour contre-attaquer à son tour. À chaque coup, des étincelles jaillissait des épées qui s'entrechoquaient, tellement les coups étaient puissant. Tout à coup, sans que Monobro ne s'y attende Satan lui donna un coup de pied, qui, malgré le bouclier qui protégeait l'archange, l'envoya à quelques mètres de l'endroit où il était. Lorsque l'archange se remit en position défensive, le Diable lui lança une gigantesque boule de feu. La voyant arrivé sur lui à une vitesse effarante, le guerrier céleste sortir une roche du sol, juste devant lui, afin que la boule de feu la percute à sa place. Dès qu'elle explosa sur la roche, Monobro, sorti de derrière sa cachette et lança son bouclier sur Lucifer et lui envoya la roche qu'il avait fait sortir de terre. Sans même bouger de l'endroit il où était, le Diable dévia le bouclier avec son épée et fit exploser la roche avec un coup de pied. Profita de la poussière qu'avait créé l'explosion de la roche, Monobro s'élança silencieusement vers Lucifer. Arrivé près de lui, le guerrier céleste frappa avec toute la force qu'il avait. À sa grande surprise, l'archange déchu arrête son coup, non pas avec son épée, mais plutôt avec sa main. Étonné, Monobro regarda la main de son ennemi, qui tenait son épée, il ne vit donc pas venir le coup de poing que celui-ci lui donna. Ce coup déséquilibra l'archange, mais le Diable ne s'arrêta pas là. Il lui donna un autre coup de poing, suivit par un coup de pied. Ce dernier coup envoya l'archange au sol. Étourdie par les deux coups de poings, Monobro resta au sol et Lucifer, s'approcha de lui, pour lui mettre la lame de son épée sur la gorge.

- Sérieusement, je ne t'ai pas trouvé très convaincant comme "plus puissant guerrier" du monde... Excuse moi, mais ton remplaçant à la tête des armées céleste était meilleur...
- Attend, ce n'est pas encore terminé... répliqua Monobro.
- Ah non? Pourtant, tu es au sol, à ma merci et je suis armé... Je ne vois pas ce qui fais en sorte que ce n'est pas terminé...
- Ça... dit Monobro, en faisant apparaître une dague dans sa main et en la plantant dans le genou du maître des ténèbres.

Avant que Satan ne tombe, à cause de la perte d'équilibre causé par la blessure qu'il venait de recevoir, Monobro, roulait sur le côté, pour ne pas être blessé par l'épée.

- Salopard! cria le blessé, en enlevant la dague de son genou.

Il posa ensuite sa main sur la blessure et un aura de lumière rouge apparu pendant quelques secondes, et lorsqu'il enleva sa main, il n'avait plus de blessure. Pendant que son ennemi s'était occupé de sa blessure, l'archange était aller récupérer son arme et son bouclier. Il se retourna ensuite pour faire de nouveau face à Lucifer. Tous deux se regardèrent pendant un court instant, avec haine et s'élancèrent chacun vers l'autre. Le choc des deux épées fut titanesque, mais cela n'empêcha pas les deux ennemis de continuer à combattre. Ils combattirent férocement, ne laissant aucune ouverture que l'autre pourrait utiliser. Le combat continua ainsi durant plus de cinq minutes. À un moment donné, Monobro vit que le combat ne menait à rien, puisqu'ils étaient tous deux de même puissance et que le combat allait continuer ainsi. Alors, l'archange se mit à penser à un moyen pour abréger le combat. Tout en continuant le combat, il pensa à ce qu'il pourrait faire, mais à chaque fois qu'il trouvait une idée, il savait que Belzébuth pourrait la retourner contre lui. Après quelques minutes de réflexion et de combat, le guerrier céleste en vint à la conclusion qu'il n'y avait qu'un seul moyen de finir ce combat: le Feu Céleste, même si ce moyen exigeait de sa part un sacrifice. Comme personne n'avait tenté de l'exécuter, il ne savait pas exactement ce qui allait se passer, mais il savait comment procéder. Le Feu Céleste consiste à adresser une prière au dieu des orages, Thor, pour qu'il invoque le Feu Céleste, c'est-à-dire des éclairs qui frappe l'ennemi et la personne qui a fait la prière. L'ennemi est alors emprisonné dans le temps et l'espace et ne peut sortir que par l'entremise d'un ange ou d'un archange. Celui qui a fait la prière, pour sa part, si c'est un être mortel, tel un homme ou une créature du Bien, meurt et est alors accepté au Paradis. Par contre, si c'est un ange ou un archange, son enveloppe corporel meurt, mais, théoriquement, son esprit est transféré dans le corps d'un être digne de le recevoir. Par contre, l'esprit est en quelque sorte endormi, jusqu'à ce que l'ennemi meurt ou se fasse libérer. Avant de commencer la prière à Thor, Monobro s'adressa télépathiquement à Aurélio:

"Hey Aurélio... Je m'apprête à invoquer le Feu Céleste... Alors, avant que je disparaisse, je veux que tu retournes à Atlantis, avec Violine. Au fait, elle nous attend à Stonehenge, caché dans les bois. Bref, une fois à Atlantis, forme une armée de créature du Bien, au cas où Satan réussirais à s'échapper, malgré tout! D'accord?"
"D'accord... Mais, j'ignore comment faire... Et j'ignore si j'en serais capable" répondit Aurélio, avec tristesse, sachant ce qui allait se passer.
"Tu en seras capable! J'ai confiance en toi! Et pour l'armée, demande à Dieu l'aide de Raphaëlle... Elle devrait pouvoir t'aider, si Il a bien fait ce que je pense qu'Il a fait..." dit l'archange.
"D'accord... Merci Monobro, merci de m'avoir fait sortir d'ici..." dit le prêtre.
"Je te le devais bien... Maintenant, ouste!" répliqua l'archange.

L'âme en peine, Aurélio adressa un dernier regard au combat qui avait toujours lieu, entre Monobro et Satan, et il se dirigea vers la sortie. Lorsque Monobro le vit disparaître, il commença sa prière silencieuse à Thor, tout en continuant à combattre.

"Ô, Thor, ô puissant dieu des orages, j'implore ton pouvoir afin d'invoquer le Feu Céleste sur mon ennemi Belzébuth et sur moi-même. Que la colère et la haine qui habite Satan puisse être le déclencheur de toute la force et de toute la puissance du Feu Céleste. Que ce Feu Céleste soit déchaîné afin d'emprisonner Lucifer dans le temps et dans l'espace. Que cette prison soit sa dernière, même si cela fera en sorte que je ne soit plus là. Je t'offre mon sacrifice de plein gré. Déchaîne le Feu Céleste sur nous!"

À peine eut-il fini de faire sa prière que le ciel de l'Enfer, au dessus de Satan et de l'archange, devint sombre, des éclairs commençait à zébrer le ciel. Une faible pluie commença à tomber, devenant de plus en plus forte, pour arriver au rang de pluie torrentiel. Les éclairs devenaient de plus en plus violents et ils se rapprochaient de plus en plus du sol. Les deux combattants ne firent pas attention à ce phénomène et ils continuèrent de se battre. Ils continuèrent ainsi, jusqu'à ce que quatre éclairs brisent le ciel et viennent les frapper. L'électricité paralysa les deux combattants et les analysa, afin de savoir qui était qui, pour ne pas emprisonner la mauvaise personne. Partant de la tête, l'électricité parcourra tout leur corps et lorsqu'elle arriva au sol, une explosion se produisit. Le corps de Monobro fut propulser à une dizaine de mètres de l'endroit où il était, mais son esprit était déjà parti, avec les éclairs. Satan, quand à lui fut instantanément propulsé dans les nuages sombres à dessus de lui. Lorsque Lucifer atteint les nuages, ceux-ci disparurent, avec lui et l'esprit de Monobro.


Raphaëlle ouvrit subitement les yeux. Ne comprenant pas ce qui lui arrivait, elle tenta de se relever, mais, étourdie, elle retomba. Elle regarda autour d'elle, mais ne vit rien, puisque c'était le noir complet. De plus en plus confuse, elle ferma les yeux et tenta de se remémorer comment elle était arrivé là. Elle se rappelait parfaitement tout ce qui précédait sa rencontre avec Monobro, elle se rappelait aussi le sorcier, Violine et la suite dans les marais. C'est lorsqu'elle était rendu à Stonehenge que tout devenait flou et embrouillé. Une voix retentit alors:

- Il est très difficile de se remémorer notre mort, lorsqu'elle vient d'arriver... Cela peut prendre quelques minutes ou même quelques années...
- Qui est là? demanda la jeune femme.
- Ne craignez rien, je suis ici pour vous aider, pour vous mener à bon port... Je suis l'archange Gabriel.

En disant cela, de la lumière apparu autour de lui, faisant disparaître un peu la noirceur.

- Je suis ici, parce que Dieu a une proposition à vous faire, dit l'archange.
- Mais, où suis-je? Que m'est-il arrivé? demanda Raphaëlle, n'écoutant pas tout à fait ce que l'archange venait de lui dire.
- Vous êtes dans les plaines du Paradis... Et si vous êtes ici, c'est que vous êtes morte... répondit le plus honnêtement l'archange.
- Ouin, vous savez annoncer une mort vous... Mais, je croyais que le Paradis était un endroit merveilleux plein de lumière...
- En effet, mais ici c'est le chemin menant au Paradis.
- Ah d'accord! Et qu'elle est cette proposition que vous avez mentionné il y a quelques minutes? demanda Raphaëlle.
- Dieu vous propose de devenir une archange... Attendez, avant de prendre une décision, dit Gabriel, en voyant Raphaëlle sur le point de répondre. Je dois vous expliquer en quoi ça consiste. En acceptant la proposition, vous serez soumis à une transformation douloureuse qui vous donnera plus de pouvoir et des ailes d'archange. Par contre, il vous faudra servir les dieux, en guérissant, en aidant les voyageurs et en combattant les démons et par ce fait, la vie paisible au sein du Paradis ne sera pas pour vous... Alors, qu'en dites-vous?
- J'accepte la proposition! dit Raphaëlle, sans l'ombre d'un doute.


Lorsqu'Aurélio réapparu à Stonehenge, il avait les larmes aux yeux. Il se dirigea vers la petite forêt, à la recherche de Violine. Lorsque celle-ci le vit, elle sortit de sa cachette et s'élança vers lui.

- Aurélio!

En entendant son nom, il tourna la tête et vit Violine. Lorsque celle-ci le prit dans ses bras, le prêtre pleura. Le voyant pleurer, l'elfe lui demanda ce qui n'allait pas et le prêtre lui raconta ce qui s'était passé. Il lui dit aussi la mission que Monobro lui avait confié. Apprenant ce qui s'était passé, Violine pleura, à son tour, mais encouragea Aurélio à continuer, à remplir la mission que l'archange leur avait donné. Ainsi, tout deux se dirigèrent vers le mégalithe, d'où Violine, Monobro et Raphaëlle étaient arrivés, et ils repartirent vers Atlantis.


Un petit nuage apparu soudainement au dessus d'une petite ferme où habitait un jeune couple dont la femme était en train d'accoucher. Lorsque le bébé fut sortit, un éclair sortit du nuage, pour aller le frapper de plein fouet. Horrifié, les parents et la sage femme observèrent le phénomène et lorsque l'éclair eut disparut, le petit bébé commença à pleurer. Soulagé et surpris par ce qui venait d'arriver, le couple prit leur enfant et commencèrent à le bercer, me se doutant pas que le petit venait d'hériter de l'esprit de Monobro, faisant ainsi de lui le dernier espoir de l'humanité contre le Mal qui allait bientôt se répandre sur terre.

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Juste pour votre information personnelle, la première partie fait 101 pages (avec la page couverture), soit 39 895 mots... Alors, comment trouvez-vous la fin de cette partie?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikuri
Admin
Admin
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 20/02/2007 Nombre de messages : 2015 Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Lun 27 Juin - 23:34

Fait nous un PDF Very Happy!
J'vais la lire next time que je prend le bus sur mon ipod Smile!
_________________

Pokémon LightGoldenRodYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ringrmxp.50webs.com/index.html
Monobro
Membre
Membre
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 08/03/2008 Nombre de messages : 538 Localisation : là où est Sauriol

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mar 28 Juin - 1:36

Alors, à la demande de Mark, voici le pdf: PDF...
Par contre, je tiens à vous avertir que c'est la version clean, c'est-à-dire que je l'ai un peu modifier pour l'envoyer à d'autres personnes, sans que celle-ci soit troublé par certains bout Razz
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikuri
Admin
Admin
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 20/02/2007 Nombre de messages : 2015 Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mar 28 Juin - 1:44

Version... Clean? -.-
Anyway, thanks <3
_________________

Pokémon LightGoldenRodYellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ringrmxp.50webs.com/index.html
Tackman
Admin
Admin
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 12/03/2007 Nombre de messages : 1087 Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mer 29 Juin - 22:51

Je viens de finir de le lire, et c'était vraiment intense! :dd:

Pour une première partie, il y a beaucoup d'action et peu de niaisage! Même un combat contre Satan! J'aime ça! :dd:

Il y a encore plusieurs mystères qui entourent certains personnages, et ça donne vraiment envie de lire la suite!
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monobro
Membre
Membre
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 08/03/2008 Nombre de messages : 538 Localisation : là où est Sauriol

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mar 6 Sep - 19:26

Vous qui avez lu et apprécié la première partie, je vous présente donc le début de la deuxième partie! Bonne lecture!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES 4 SHITS D'ÉLÉMENTS


20 ans après le Feu Céleste

Krylic se réveilla en sursaut. Il venait de faire un cauchemar, il avait rêvé à des démons et à Satan. Ce n'était pas la première fois, par contre, durant les derniers jours, chaque nuit, il se réveillait autour d’une heure du matin, à cause de cauchemar de ce genre. Tout en sueur, il s'assit sur le bord de son lit et se prit la tête dans les mains, repensant à sa différence. Il avait toujours été différent des autres, dès sa plus tendre enfance on l'avait rejeté, parce que tous croyaient qu'il était porteur de malheur, à cause de l'incident à sa naissance, bien que selon lui, c'était plutôt le contraire. À l'école, il avait été rejeté, parce qu'il était meilleur que les autres, puisque plusieurs choses lui venaient naturellement, sans qu'il sache pourquoi. Même lorsqu'il avait participé à un concours de combats, contre des soldats entraînés, les coups lui étaient venus tout seuls et il les avait tous battus à plat de couture. Il s'était même rendu compte qu'il pouvait guérir instantanément de ses blessures, c'était peut-être pour cette raison qu'il avait survécu à l'éclair qui l'avait touché, à sa naissance. Maintenant, il y avait ces rêves... Ça avait peut-être rapport avec les rumeurs qui circulaient, disant que certaines personnes auraient vu des créatures bizarres dans certains bois ou près de certains villages. Étant dans ses pensées, il sursauta, lorsqu'une main se posa sur son épaule.

- Désolé chéri, je ne voulais pas te faire peur, dit une voix féminine, derrière lui. Est-ce que tu vas bien?
- Oui oui, c'est juste encore ces foutus cauchemars... Aller, rendors toi mon amour, dit Krylic, tout en embrassant la main sur son épaule.
Au lieu de faire, ce qu'il lui avait demandé, elle se mit à genoux derrière lui, le pris dans ses bras et lui dit:
- Tu sais, tu devrais peut-être en parler à quelqu'un... Tu pourrais peut-être aller en parler avec le prêtre du village...
- Pour qu'il me traite à nouveau d'anormal et de possédé? Je passe mon tour cette fois! Mais, j'en ai parlé à quelqu'un... rétorqua Krylic.
- Tu sais pertinemment que je ne compte pas, lui dit sa femme, avec un petit sourire.
- Peut-être, sauf que tu es la seule qui me voit au-delà de ce que tous croient à mon propos... Je ne te remercierais jamais assez! Je t'aime tellement Osirée!
- Je t'aime aussi Krylic, susurra Osirée, dans l'oreille de son mari et en lui embrassant le cou.

Krylic ferma les yeux et laissa sa femme l'embrasser dans le cou. Il se tourna et l'embrassa tendrement. Suite à ce baiser, Osirée entraina son mari dans leur lit tout en l'embrassant à nouveau. Krylic passa sa main sur la peau douce des côtes de sa bien-aimée, tout en remontant vers la poitrine. Alors qu'il était presque arrivé, une douleur immense lui parcourra la tête. Il tomba à côté d'Osirée et il se prit la tête dans les mains. La douleur était tellement intense qu'elle lui fit perdre conscience, devant le regard paniqué de sa femme.

Un ange parlait à un démon.

- Je sais où est la personne qui a emprisonné ton père... Et je sais aussi comment faire pour libérer Satan...
- Dis-le-moi! Que je puisse venger et libérer mon père!
- J'ai bien peur que pour la libération de ton père, je sois le seul qui puisse m'en occuper... Mais en ce qui concerne Monobro... Il est dans le corps d'un homme près du village de Dilbat...
- Est-ce que tu sais exactement où il habite? Ou devrais-je tuer tous les habitants du village?
- Il serait plus prudent de tuer tous les hommes... Et de toute façon, je ne sais pas exactement où il se trouve...
- D'accord, alors dans ce cas, on massacrera tous les hommes du village et à proximité, dit le démon. Et pour mon père, quand sera-t-il libéré?
- Avec la préparation... Dans deux jours environ... Mais, lorsqu'il sera libéré, il n'aura pas toute sa puissance... Le sort utilisé par Monobro était très puissant, en plus d'emprisonner la personne, le sort la prive de sa magie et de sa puissance et lorsque la libération arrive, ça prend un certain temps avant que le sort se renverse complètement... Par contre, comme c'est la première fois que le sort est utilisé, je ne sais pas combien de temps cela peut prendre, avant que ton père retrouve toute sa puissance... Un, peut-être deux mois...
- D'accord... Mais, l'important, c'est qu'il soit libéré! Donc, comme tout est réglé, on peut retourner chacun chez soi... Et si jamais tu apprends quelque chose d'important, tu sais comment me contacter...
- Ouais! Alors, au revoir!

Sur ce, les deux créatures disparurent.


Lorsqu'il revint à lui, Krylic essaya de se remémorer ce qui s'était passé, pourquoi avait-il ainsi perdu connaissance. La dernière chose dont il se souvenait était le cri de panique de sa femme qui le voyait perdre conscience, en se prenant la tête.

- Ouf... dit-il.
- Krylic! Tu es enfin réveillé! Tu nous as vraiment foutu la trouille tu sais! Dit une femme âgée d'une quarantaine d'années.
- Je suis désolé m'man... Est-ce que tu sais ce qui m'est arrivé?
- Osirée nous a juste dit que tu t'étais évanoui, à cause d'un mal de tête... Ça fait maintenant deux jours que tu es évanoui...
- QUOI? Deux jours?

Avant même qu'il continue sa réplique, des cris de panique retentirent à l'extérieur.

- Ahhhhh! On nous attaque!

À ces paroles paniquées, Krylic se leva immédiatement. Dès qu'il fut debout, il ressentit un petit étourdissement' mais ce dernier passa rapidement et l'homme se dirigea vers la cheminée, où était accrochée son épée, il la prit, se tourna vers sa mère et au moment où il allait parler, la porte de la chambre s'ouvrit sur son père, son petit frère et sur sa femme. Avant même que Krylic ne puisse dire un mot, son père dit:

- Nous devons partir immédiatement! Des démons sont dans la ville et ils tuent tous les hommes et les garçons! Vite, venez tous!

Mais, lorsqu'il se retourna une lance lui transperça le torse de par en par. À la vue du sang qui commençait à imbiber la chemise de son père, Lann, le petit frère de Krylic ramassa l'épée que son père venait de laisser tomber et courra vers les démons et leur criant des noms, il n'avait pas fait cinq mètres qu'il reçut une flèche en pleine tête, entre les deux yeux. Avant même de toucher le sol, il était mort. À la vue de ces deux morts violentes et subites, qui venait d'arriver sous ses yeux, Krylic sentit une rage incontrôlable s'emparer de lui et courut vers ceux qui venaient de tuer son père et son frère. Des flèches volaient vers lui, mais il les évitait ou les déviait toutes. Il arriva donc devant les démons sans une seule égratignure; sans même attendre, il donna un coup d'épée au premier démon. Le coup atteint sa cible à la tête, le tuant sur le champ. Surpris par ce qui venait d'arriver, les deux démons, qui étaient juste à côté, allèrent le rejoindre dans les secondes qui suivirent. Krylic se tourna vers les démons les plus proches et s'élança vers eux, mais malheureusement, il n'entendit, ni ne vit le démon qui s'était faufilé juste derrière lui, pendant qu'il tuait les trois démons. Alors, sans qu'il ne s'en doute le démon le transperça de son épée. Étonné, il regarda l'épée qui sortait de son torse et sentit un froid envahir ses sens. Tout à coup le néant s'empara de lui et il sombra, une fois de plus, dans l'inconscience.

Un archange apparu dans l'obscurité.

- Bonjour Krylic... Je me nomme Monobro... Je suis un archange... Je sais que présentement, tu es inconscient et que lorsque tu ouvriras les yeux tu voudras ne jamais avoir été frappé par cet éclair, lors de ta naissance. Mais, sache ceci: parmi tous les hommes de la terre, tu es le seul qui était digne de me recevoir... Mais, avant que tu reviennes à toi, je veux juste te dire un petit truc. Si je peux entrer en contact avec toi, c'est que Lucifer s'est échappé. C'est-à-dire que nous sommes donc les seuls à le savoir et donc, par conséquent, nous sommes donc les derniers espoirs de l'humanité pour que l'Enfer ne se déchaîne pas sur terre. Maintenant, il est temps que tu reprennes conscience... Je te recontacterais plus tard, pour que nous puissions discuter.


En ouvrant les yeux, le jeune homme ne s'attendait pas à voir la mort et la destruction. Or, c'est précisément ce qu'il vit. Devant lui, le village dans lequel il avait habité durant les 20 premières années de sa vie n'était que ruine et cendres fumantes. Le sol était jonché de cadavres mutilés et partiellement brulé. Il n'y avait pas que des hommes et des garçons, comme avait dit son père, avant de mourir, il y avait aussi des femmes et des filles. Même les bébés étaient morts... Il n'y avait plus aucune âme vivante dans le village. Parmi tous ces corps d'hommes et de femmes, il n'y avait que trois cadavres de démons, les trois démons qu'il avait tués. Se promenant parmi les corps meurtris, Krylic reconnaissait certaines personnes, mais il cherchait une personne en particulier: sa femme. Il avait un mince espoir qu'elle se soit enfuie, mais il savait que cet espoir était vain et il se prépara à la découverte. Il fit la sinistre découverte quelques minutes plus tard, sous un toit de paille effondré et brulé se trouvait sa femme et sa mère. Il se dépêcha à les sortir de la paille et vérifia si elles étaient mortes. Aucune d'entre elles n'avait de pouls: elles étaient toutes deux mortes. Voyant ainsi sa bien aimée morte, dans ses bras, Krylic cria de désespoir, laissant les larmes couler sur ses joues:

- NNNNNOOOOOOONNNNNN!

Le jeune homme resta ainsi, sa femme, morte, dans les bras, à pleurer, durant quelques minutes. Lorsqu'il se releva, il regarda au loin, encore les yeux pleins d'eau, prit une grande inspiration et ferma les yeux. En ferma les yeux, il se rappela deux choses, les deux visions qu'il avait eues lorsqu'il avait été inconscient, la conversation du démon et de l'ange et Monobro qu'y lui avait parlé. Soudain, tout devint clair: les démons avaient été envoyés afin de le trouver et de le tuer, parce que l'esprit de Monobro s'était intégré dans le sien. Tous ces morts, seulement pour lui... Tous ces morts pour le tuer, lui, un simple homme qui avait eu le malheur d'avoir été frappé par un éclair à la naissance.

- Pourquoi moi? se demanda-t-il.

À sa surprise, une voix lui répondit:

"Yo, tu n'écoutes pas quand on te parle? Je te l'ai dit, tout à l'heure, lorsque tu étais inconscient... Parce que tu es le seul homme qui était digne de recevoir une puissance divine en lui..."
- Mais... Je n'ai rien de spécial... Je suis comme tous les autres hommes...
"Oh, mais tu es loin d'être comme tous les autres hommes... Cela fait 20 ans que je suis endormi dans ta tête, mais je sais ce que tu as fait, ce que tu as découvert, sur toi... Je sais tout de toi, Krylic... Et par conséquent, je suis apte à dire que tu n'es en aucun cas comme tous les autres hommes... "
- Mais, qu'ai-je de différent des autres?
"Ben premièrement, ton pouvoir de régénération..."
- Mon pouv... Hein?
"C'est même grâce à lui que présentement tu n'es pas mort... Tu te rappelles? Il y a un démon qui t'a transpercé avec son épée... Mais, pourtant, tu es encore vivant... Aussi, il y a toutes tes qualités qui te différencient des autres hommes... Tu es le seul qui possède les mêmes qualités que moi et qui en a même plus, pour être franc... De plus, tu sembles parfaitement avoir acquis certaines de mes connaissances, alors que je n'étais même pas encore conscient..."
- Ah! C'est donc pour cela que je connaissais certaines choses instinctivement!
"En effet, c'est pour cela... Mais, par contre, il y a un problème avec ce que je suis... Tu ne peux pas utiliser mes pouvoirs... Ils semblent être bloqués par un genre de barrière psychique. Mais, par contre tu peux avoir accès à mes souvenirs et à mes réflexes!"
- Bah, c'est déjà ça... Mais, tantôt, tu m'as dit que nous étions le dernier espoir de l'humanité... Comme tu n'es pas exactement en mesure de combattre et comme je n'ai jamais tué... Je nous vois mal combattre Lucifer sans magie...
"Attends... Tu viens de tuer trois démons, sans être blessé..."
- Sans être blessé? Je me suis fait tuer!
"C'est un détail ça... De toute façon, tu es encore en vie... Et pour la magie, il se peut qu'il y ait un moyen de briser la barrière. En tout cas, s'il y a un moyen, je crois connaître quelqu'un qui pourrait nous aider..."
- Ah, oui? Qui est-ce?
"Un prêtre... Il est un peu louche, mais il connait pas mal de trucs!"
- D'accord et il est où ce prêtre louche?
"Ça, c'est une très bonne question... La dernière fois que j'ai entendu parler de lui, il voulait construire une très haute tour pour aller chialer devant les dieux..."
- Une haute tour? Justement, il y a une rumeur qui circule disant qu'il y a une tour en pleine construction dans le coin de Babylone...
"Alors, je crois que nous savons où aller..."
- Oui, mais avant de partir, je voudrais juste faire une dernière prière pour ma famille... Et aussi juste me trouver un sac de voyage et de la bouffe, s'il y en a quelque part dans le village.

Krylic rassembla sa femme, sa mère, son père et son petit frère dans la maison qui était la sienne et adressa une prière aux dieux du Bien, afin que leurs âmes trouvent paix et sérénité au Paradis. Il versa quelques larmes avant de tourner le dos et de chercher pour des trucs utiles à son voyage. Il commença par fouiller sa propre maison, à la recherche de son sac de voyage, qu'il trouva dans le fond de son meuble à vêtements. Dès qu'il le trouva, il y mit quelques vêtements de rechange et alla dans la cuisine, pour prendre un peu de nourriture. Lorsque Krylic eut assez de nourriture dans son sac, il sortit de sa maison, à la recherche d'une carte et d'une corde. En sortant, il vit l'épée avec laquelle il avait tué les deux démons et la ramassa, afin de la mettre à sa ceinture. Ensuite, il visita les autres maisons du village, dans lesquelles il trouva quelques objets qui pourraient lui être utiles, comme un arc, un bouclier, des pierres à feu, un petit coutelas, une ceinture lui permettant d'accrocher plusieurs couteaux et une épée et il trouva aussi les deux objets dont il était à la recherche: une corde et une carte. Lorsqu'il trouva la carte, il la regarda, afin de savoir le chemin le plus sécuritaire pour se rendre à la tour de Babel, qui, selon les rumeurs, se trouvait juste à l'extérieur des murailles de Babylone. En regardant la carte, il vit que le chemin le plus court passait par un village abandonné que tous les villageois évitaient, puisque le village était soi-disant hanté. Dès que Krylic eut cette réflexion, la voix de Monobro se fit de nouveau entendre dans la tête du jeune homme.

"Nous devons arriver le plus vite possible à la tour de Babel! Donc, on passera quand même par ce village! Et ce n'est pas négociable!"

- Ok... Alors, partons dans ce cas...

Liant les gestes à la parole, Krylic rangea la carte et partie. Se remémorant le chemin étudié sur la carte, Krylic partit donc vers la sortie ouest du village. Arrivé au chemin menant vers le village abandonné, le jeune homme se retourna une dernière fois, pour lancer un regard d'adieu à tout ce qui lui avait été cher: sa famille, sa maison et son village. Avec une larme dans l'œil, il se retourna et continua son chemin vers la destinée que l'éclair, qu'il avait reçu à la naissance, lui avait donnée. Son périple commença donc par le chemin qui s'enfonçait tranquillement dans les bois. Ayant pris plusieurs fois ce chemin, Krylic savait parfaitement s'orienter dans ce chemin, qui, pour ceux qui n'étaient pas habitués, paraissait tortueux et confus. De plus, il connaissait toutes les créatures vivantes dans ces bois... Enfin, c'est ce qu'il pensait. Peut-être que les démons qui avaient attaqué le village avaient laissé des créatures du Mal dans les bois, afin que personne ne sache ce qui s'était passé. La première journée se passa très bien, il avança quand même bien, en prenant peu de pauses. S'il conservait ce rythme durant les prochains jours, il estima qu'il arriverait au village soi-disant hante après son troisième jour de marche et qu'il sortirait de la forêt le lendemain soir. En pleine nuit, Krylic se réveilla en sursaut, avec une impression d'être observé. Comme son instinct le trompait rarement, il empoigna son épée, qui était à cote de lui, et cria:

- Qui est là?

Après avoir prononcé ces paroles, Krylic vit les buissons tout près de lui bouger légèrement. Craignant le pire, le jeune homme s'approcha lentement de ces buissons, tenant fermement son épée devant lui. Plus il s'approchait, plus les buissons bougeaient. Lorsqu'il arriva aux buissons, Krylic tassa énergiquement les buissons, pour apercevoir...une jeune tigresse en piètre état. Il était brulé sur presque la totalité de son côté gauche, il avait aussi une très vilaine blessure sur l'épaule, d'où s'échappait une odeur dégoutant et un liquide verdâtre.

"Du poison... Le tigre a été empoisonné... Ce qui est très bizarre, puisque d'habitude les démons ne se préoccupent pas des animaux sauvages."
- Alors, s'ils ont pris la peine de lui faire autant de mal, c'est qu'il est spéciale... Ou que cet ours n'est pas ce qu'il semble être... Bref, il faut le sauver!

En attendant la voix de Krylic, la tigresse tourna la tête vers lui, elle tenta de se relever, mais ses blessures l'en empêchant et elle retomba, inconsciente.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alors, comment trouvez-vous le début de la deuxième partie?
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tackman
Admin
Admin
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 12/03/2007 Nombre de messages : 1087 Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mar 6 Sep - 23:22

Ça sent Ssavel! :dd:


C'était vraiment bon! J'ai trouvé que c'était mieux écrit et plus fluide que la première partie! :dd:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skimmer
Modo
Modo
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 13/03/2007 Nombre de messages : 1631 Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Mer 7 Sep - 12:32

Moi je pense que ça ferait un très bon jeu ^^ L'histoire est décidément très intéressante!
_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monobro
Membre
Membre
avatar

Masculin
Age : 27 Date d'inscription : 08/03/2008 Nombre de messages : 538 Localisation : là où est Sauriol

MessageSujet: Re: Monobro's Story   Jeu 8 Déc - 22:03

J'ai un peut modifier la dernière partie que j'ai posté, soit la fin! Et ne vous inquiété pas, l'histoire continue... Lentement, mais surement!
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Monobro's Story   

Revenir en haut Aller en bas

Monobro's Story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Studio Amical :: Art :: Histoire, lyric, Fan fic, poésie -